Le guide de votre bien-être à domicile

Inhalateur nébulisateur

Actualités

Asthme : les professionnels de la santé ne savent pas utiliser les inhalateurs

Dans une récente parution de la revue Drug and Therapeutics Bulletin (DTB), les éditorialistes anglais ont confirmé qu’au Royaume Uni, les médecins, tout comme les patients, ne savent pas manipuler les inhalateurs indispensables dans le traitement de l’asthme et diverses autres maladies respiratoires. Pour le docteur Patrick Rufin, pneumo-allergologue à l’Hôpital Necker de Paris, le constat est exactement le même en France.

Une énorme conséquence économique

En Angleterre, les inhalateurs avec fluticasone, budesonide, tiotropium et béclometasone représentaient 4 sur 10 des traitements les plus chers en 2011. C’est pour cela qu’ils doivent être bien utilisés car dans le cas contraire, seulement 20 à 35% du produit atteignent les bronches et il arrive même que les patients ingèrent 0% du produit. Ces données sont renforcées par les constats de 30 années d’études sur le sujet. En effet, les patients ne parviennent pas à bien utiliser leur inhalateur à poudre et c’est encore pire avec l’inhalateur-doseur. En guise de rappel, le docteur Rufin revient sur les données de 2002 qui démontraient que les médecins généralistes français ont relevé 71% de mauvaise manipulation de l’aérosol-doseur par les patients asthmatiques et 47% des malades rencontraient des soucis de coordination. Il ajoute même que la plupart des docteurs ne savaient pas inhaler suivant les règles d’utilisation.

Une cause plus ou moins banale

Selon les auteurs de l’éditorial, la cause de cette incapacité figure dans le manque de pratique lors de la formation des médecins. Et les délégués médicaux des laboratoires ne leur facilitent pas la tâche puisqu’ils s’en tiennent seulement à la présentation des bénéfices des appareils. Le Dr Ruffin confirme qu’il existe bien des méthodes d’utilisation de ces appareils : « surtout pour les inhalateurs de poudre, beaucoup de médecins jugent que les appareils qui sollicitent un débit inspiratoire important sont mauvais pour le dépôt bronchique, en fait celui-ci est nettement plus important avec les appareils qui ont une grande résistance ».